Demeures anciennes

 

Hotel de Gondrecourt

16 rue Larzillière-Beudant.

Cet hôtel est construit dans la 2e moitié du 16e siècle, sinon à la fin du siècle, peut-être pour Didier Galliot, greffier du tribunal annuel dit "les Grands jours", cité comme étant propriétaire du lieu en 1583. Gaspard-Mathieu de Gondrecourt (1679-1757) recouvre la propriété de l'hôtel. Il est prévôt de Saint-Mihiel en 1705, seigneur de Maizey et Senonville, baron de Watronville... .L'ensemble est constitué de 3 ailes formant un U. Cet hôtel a accueilli le duc René et sa femme en 1424 ainsi que le duc Léopold et son épouse en 1698.

L'ensemble est inscrit aux Monuments historiques le 9 septembre 1992.

 

Hôtel de Rouÿen

10 rue du Général Audéoud

Construit au début du 18ème siècle. Le corps de logis principal est complété par 2 ailes en retour d'équerre (forme en U). On y accède en empruntant un escalier à 2 montées convergentes. Il est précédé d'une cour pavée de galets de rivière, unique à St-Mihiel. Le tout est complètement dissimulé par un mur et un porche monumental surmonté d'une coquille St Jacques (symbole de pureté), elle-même entourée par 4 sphères symbolisant l'universalité de la connaissance. Un jardin, placé à l'arrière du bâtiment, complète l'ensemble.

 

L'ensemble est inscrit aux Monuments historiques le 19 février 1982.

 

 

Boulangerie "Les petites Bourchette"

55171737.jpgDatant du début du 20e siècle, La vitrine en bois est peinte dans le style Art Nouveau de l’Ecole de Nancy. M. Bourchette qui était boulanger, ia créé l'une des deux spécialités de St-Mihiel les croquets (gâteau sec à base de blanc d'oeufs et d'amende). A l'origine, ces gâteaux portaient le nom de son inventeur. A l'intérieur de la boutique, de nombreuses mosaiques ont été conservés.

Ancien Hôtel de Ville

ancienne-mairie.jpg

Ce bâtiment est composé de 2 corps successifs, le corps antérieur du 18e siècle, le corps postérieur du 16e siècle. La partie la plus intéressante de ce dernier est la porte piétonne présentant le monogramme H, C, attribué à Henri II et Catherine de Bourbon. La partie donnant sur la rue Poincaré construite en 1776 est de style Louis XVI et est l'ouvre de l'architecte Casnère . L'avant corps central est garni à chaque étage de 2 médaillons ovales suspendus à des nouds de rubans. Les médaillons du 1er étage contenaient les portraits de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Ils ont été martelés en 1793. Un cadran solaire orne la façade. La porte est surmontée d'un cartouche à volutes renfermant l'inscription « Hôtel de Ville ». Depuis 1978, la mairie se trouve dans l'aile est du palais abbatial.

L'édifice est classé depuis le 23/12/1923.

Café des Arcades

arcades1.jpg

L'édifice est attesté en 1447 sous l'appellation d'auberge de la Couronne et plus tard A l'Ecu de France, destiné à l'hébergement des voyageurs dans le faubourg Saint-Thiébaut après la fermeture des portes de la ville. L'auberge est reconstruite dans la seconde moitié du 16e siècle. Le bâtiment comporte trois arcades en plein cintre sur la face antérieure et une sur chaque façade latérale.

 

Hôtel de Faillonnet ou "Maison aux gargouilles"

 

Hôtel particulier de style Renaissance datant du milieu du 16ème s. Un écusson, placé au centre de la façade, porte la date de 1554. L'hôtel, construit pour un commanditaire demeuré inconnu, est acheté par des juristes au 18ème s. et passe à la famille de Faillonnet au début du 19ème. Cette maison comprend le logis sur rue, une cour, puis les communs et enfin un jardin à plusieurs terrasses. 5 gargouilles zoomorphes ornent la corniche. De gauche à droite : le bouf, le bélier, le lion (qui tient l'écusson portant la date de 1554), le chien et le cheval.

 

La façade est classée Monuments historiques le 19 mai 1994.

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site